Cette fonctionnalité n'est proposée que par Internet Explorer 4+
  • bandeau_mdlc1
Vous êtes ici :   ACCUEIL » En pays batave... (4)
 
 

Recherche

Recherche

Diaporama

Deux diaporamas sont disponibles en format PDF (cliquez sur l'intitulé) :

 ↑  

Nouveautés du site

(depuis 20 jours)
 ↑  

En pays batave... (4)

SHENANDOHA  en pays batave

Carnet de voyage de Martine et Guy JOLY
juin 2019 - 4 -

(cliquez sur les photos pour les agrandir)

Lundi 15/7 - Depuis ma rechute l’année dernière, je suis encore sous traitement adjuvant d’anticorps monoclonaux une fois toutes les 3 semaines. Aujourd‘hui, je vais recevoir mon traitement à l‘UMCG, hôpital universitaire de Groningen; j’ai rendez vous cet après-midi pour une consultation au service d’oncologie et les deux injections. Nous nous y rendons à vélo, l’hôpital est situé à moins d’un km du port. Le bâtiment est superbe; les services de consultation sont organisées autour d’un couloir central très lumineux, grâce une verrière qui fait office de toit…. 4 étages plus haut. Je suis accueillie partout avec beaucoup de gentillesse et tout se déroule comme prévu.

Mardi 16/7 - Nous poursuivons aujourd’hui notre route vers les îles de Frise, via Lauwersoog, port de pêche à la sortie du Lauwersmeer. Peu avant 9h30, nous attendons la première ouverture du premier pont, en compagnie d’une dizaine d’autres bateaux. Le convoi traverse la ville sans problèmes, et nous découvrons au passage la décoration bleue et blanche de l’envers du  Werkmanbrug, en face de la gare. Nous reprenons, dans l’autre sens, le chenal sinueux que nous avons emprunté jeudi dernier. Arrivés dans le Lauwersmeer, nous prenons la direction de l’écluse de sortie vers la mer, pour nous amarrer dans le port extérieur de Lauwersoog. Ceci nous permettra de partir tôt pour la longue étape de demain. Nous découvrons la première marina où l’usage des toilettes ne sont pas comprises dans le prix du port (pourtant assez élevé !) … en effet, pour accéder au bâtiment sanitaire, if faut acheter une clé électronique, chargée avec un crédit non remboursable (utilisable pour payer les douches, l’électricité, les machines à laver…); si nous désirons sortir de la marina, cette clé est aussi nécessaire pour ré-accéder à notre bateau le soir. Nous utiliserons donc les toilettes du bord et irons nous coucher tôt.

Mercredi 17/7 - Nous prenons la mer vers 8h30, en direction de l’île de Vlieland. Pour rejoindre le large, nous devons emprunter la passe balisée en zig-zag (pour éviter les bancs de sable) entre les îles de Schiermonnikoog et Ameland (îles malheureusement inaccessibles pour notre tirant d‘eau). Il y a deux ans, en rentrant à Lauwersoog, le garde côtes nous avait appelé par radio pour nous signaler que le chenal balisé avait été récemment déplacé; cette année, nous avions, en toute confiance, basé notre route sur la trace du chemin emprunté il y a deux ans … et, oh surprise… la passe a de nouveau été déplacée. Dans les îles de Frise, il est difficile de garder les cartes marines à jour, les bancs de sable se déplacent fréquemment et modifient les chenaux navigables. On ne peut se fier qu’au balisage. Le capitaine est à la barre, tandis que, munie de puissantes jumelles, je recherche les bouées dans la lumière du petit matin. Nous mettons 2h30 à atteindre la bouée rouge et blanche, marque d’eau saine qui indique la fin du danger et nous permet de mettre le cap à l‘ouest. Le vent, de face, ne dépasse pas 4 nœuds. Nous avançons au moteur, sous un ciel ensoleillé. Nous longeons de loin les longues îles d’Ameland, puis de Terschelling, et dépassons quelques puits d’extraction de gaz.  Le chenal de Vlieland n’a pas changé depuis notre dernier passage, et nous entrons à la marina (pratiquement pleine) sans problème; le capitaine du port nous attribue une place à couple avec la promesse d’un box pour demain.

Vlieland_-_Sortie_du_port.jpg

Jeudi 18/7 - Promesse tenue, dès les premiers départs, nous nous amarrons dans un box fraichement libéré. Juste à temps: le port est plein, le capitaine du port a hissé deux pavillons rouges à l‘entrée, et ils y resteront jusqu’à notre départ. Après le petit déjeuner, nous partons à vélo vers la seule « ville » de l’île qui se résume à une longue rue bordée de magasins, restaurants, loueurs de vélos, et deux petits supermarchés. L’après-midi, nous prenons la direction de la plage toute proche; malheureusement, la température n’encourage pas le bain de soleil ni le bain de mer; refroidis, nous retournons à la ville et nous consolons avec une délicieuse crème glacée.

Vendredi 19/7 - La moitié ouest de l’île de Vlieland est une immense étendue de dunes et de plages (24 km2), inhabitée, et dont l’accès est limité parce qu’elle appartient à la force aérienne qui l‘utilise fréquemment pour des exercices de tir. Appelé « le sahara du nord », le « Vliehors » peut se visiter en camion tous terrains. Nous réservons des places pour le départ de 13h30, et rejoignons le lieu d’embarquement (à 10 km du port) à vélo. Un spectacle impressionnant se déroule sous nos yeux, la mer, le sable et les dunes à perte de vue; nous longeons la côte et pouvons de temps en temps apercevoir un phoque qui sort sa tête de l’eau.  Nous nous arrêtons près d’un ancien refuge pour les naufragés échoués (« reddinghuisje »), actuellement transformé en « juttermuseum », musée où sont accumulés des objets hétéroclites ramassés sur le sable: il paraît que c’est un des 10 plus beaux lieu de mariage du monde. A la pointe ouest de l’île, un petit ponton qui accueillait dans le passé les traversées depuis l’île de Texel, toute proche, permet encore aux bateaux à fond plat de conduire des passagers de Texel à Vlieland en été; ces passagers sont alors pris en charge par les camions d’excursion pour rejoindre le bus de l’île. Et, d’ici, on a une vue imprenable sur le phare de Texel.

Vlieland_-_Le_bois.jpg

Samedi 20/7 - La météo nous avait promis une journée de pluie et de vent … et elle avait raison. Après un petit tour (sec !) en ville le matin nous rentrons nous réfugier au bateau pour une journée de lecture à l’abris des éléments.

Dimanche 21/7 - Vlieland est renommée pour ses plages, et nous sommes bien décidés à en profiter. En début d’après-midi, le soleil nous pousse à mettre ce projet à exécution. A vélo, nous joignons la plage est, toute proche de la sortie du port. Dans les dunes, nous trouvons une place à l’abris du vent et des promeneurs, avec vue imprenable sur l’île de Terschelling : l’endroit parfait pour déballer nos essuies et nous livrer au plaisir de la bronzette tout en observant les bateaux qui passent tout près de la côte. Et … cerise sur le gâteau, si la température de l’eau surprend au premier abord, un peu de patience suffit pour s’y trouver à l’aise: rien ne vaut un vrai bain de mer, même si le courant ne permet pas vraiment de nager.

Lundi 22/7 - Au petit lever, nous sommes surpris par la force du vent, et le gris du ciel. Un peu de patience, le grand beau temps est prévu à partir de demain, pour le reste de la semaine. Et, en attendant, journée de repos à bord. Le port est toujours plein, et une vingtaine de bateaux qui n’ont pas trouvé de place passeront la nuit au mouillage » en face de l’île.

Vlieland_-_Drapeaux_rouges.jpg

Mardi 23/7 - On compte ce matin une trentaine de bateaux au mouillage, en attente d’une place au port. Comme promis, voici le soleil … et la chaleur.  Quelques degrés de moins qu’à Bruxelles, le temps idéal pour la plage. A proximité du chemin d’accès, la plage grouille de  familles entassées les unes sur les autres, mais quelques centaines de mètre plus loin, l’ambiance est plus calme, et nous posons nos sacs et essuies dans le creux d’une dune pour nous précipiter dans l’eau rafraichissante. Nous nous séchons au soleil pour retourner nous baigner immédiatement. Le sable sec brûle nos pieds, mieux vaut garder ses crocs jusqu’au bord de l’eau. De retour au bateau, nous constatons que le port s’est transformé en une grande piscine d’eau de mer où adultes et enfants s’ébattent avec des jouets gonflables de toutes les formes.

Mercredi 24/7 - Quelques degrés de plus que hier, quelques degrés de moins qu’à Bruxelles. Plutôt que la plage, nous choisissons de passer la journée à bord… Les taux et parasols multicolores fleurissent sur les différents voiliers. Pour ne pas être en reste, le capitaine imagine un savant montage des deux parasols du bord qui assurent un cockpit ombragé, avec accès direct à la mer, via l’échelle de poupe. Nous alternons la lecture sur e-books et les baignades. Le soir, nous prenons une douche bien froide sur la plage arrière du bateau, avant de nous laisser sécher au soleil, un perroquet (boisson marseillaise agrémentée de menthe verte) à la main.

Vlieland_-_Haven_vol_2.jpg

Jeudi 25/7 - Copie presque conforme de la journée de hier, avec deux degrés de plus. C’est notre dernière journée à Vlieland, après 10 jours de repos, baignades et promenades à vélo.

Vendredi 26/7 - Je me lève au milieu de la nuit, au son du vent dans les haubans. Un ciel noir passe devant la lune.  Du côté du continent, des éclairs rayent le ciel, et le tonnerre gronde au loin. Mais à notre réveil, le soleil est au rendez-vous; la vague de chaleur qui se dissipe sur le sud des Pays Bas et la Belgique est encore bien présente dans le nord. Nous quittons le port peu avant midi en direction de Harlingen, pour emprunter le chenal, puis l’écluse de Kornwerderzand qui nous ramène dans l’Ijsselmeer. Un vent agréable de 15 nœuds nous souffle dans la figure et nous rafraichit un peu; certains voiliers tirent des bords dans le chenal d’Harlingen, mais nous préférons nous en tenir strictement au balisage, sagement au moteur. L’écluse qui était presque vide à l’aller est maintenant plus que pleine: les bateaux de plaisance empruntent l’écluse professionnelle pour accélérer le mouvement. Nous rentrons dans le port de Makkum où le capitaine du port nous attribue une place à l’extérieur du ponton. Aussitôt amarrés, nous sautons à l’eau pour nous rafraichir.

Makkum_-_La_ville.jpg

Samedi 27/7 - Il fait toujours aussi chaud quand nous partons à vélo découvrir le village de Makkum, à 3 km du port. Une joli petit village, jadis célèbre pour sa poterie et sa flotte de pêche. Malheureusement, l’activité de pêche a décliné avec la construction de l’ « Afsluitdijk » qui a supprimé l’accès direct à la mer, et le musée de la poterie vient de fermer. Nous nous promenons dans la rue principale, avant de rentrer au bateau nous adonner à la baignade.  

Makkum_-_La_peseee.jpg

Makkum_-_Les_cygnes.jpg


Date de création : 30/07/2019 ¤ 09:12
Catégorie : -
Page lue 174 fois


Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Préférences


Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


  716444 visiteurs
  1 visiteur en ligne

  Nombre de membres 222 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!

La Lettre des MDLC

Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.

J'accepte :
126 Abonnés