Vous êtes ici :   ACCUEIL » Croisière Nordique 2017 (2)
    Imprimer la page...

Croisière Nordique 2017 (2)

Jeudi 15 juin – Départ peu après 8h (heure de livraison des petits pains) ; nous sortons en mer puis longeons pendant 2 heures la plus belle des îles de Frise (avis personnel) que nous venons de quitter. Les plages brillent au soleil ; le vent est faible, et presque de face. Lorsque nous
croisons les dernières dunes de Norderney, nous établissons les voiles « en assistance » et arrêtons le moteur une heure plus tard. La route traverse une zone d’attente pour cargos, et le capitaine entame un slalom délicat au près serré, parmi une vingtaine de bateaux mouillés au parking. Mais notre route nous oblige à lofer, et nous devons rallumer le moteur, puis affaler les voiles à l’entrée de l’Elbe. Vers 17h, nous entrons dans le port de Cuxhaven … pour en ressortir 12 minutes plus tard, la cuve à mazout pleine. Nous continuons jusqu’à Brunsbuttel ou nous passons l’écluse d’entrée du canal de Kiel pour nous amarrer vers 19h45 dans la marina intérieure.  Les guides prétendent que les remous des cargos qui passent la rendent très inconfortable ; nous n’avons pas peur, çà ne peut pas être pire qu’un mouillage à Sark (mais, évidemment, moins romantique).


Vendredi 16 juin – Après une nuit de sommeil profond (apparemment, les guides se trompent), nous entamons la traversée du canal de
Kiel peu avant 8h, sous un soleil éclatant ; il fait très chaud au port, mais, à la barre,  le vent nous oblige à garder une petite polaire. Le voyage est émaillé de quelques brèves averses. Nous arrivons à Rendsburg avec 20 nœuds de vent : pas facile pour l’amarrage ; heureusement, trois de nos voisins nous aident depuis le ponton. Un peu de shopping et beaucoup de repos meublent l’après-midi.


Samedi 17 juin – Le vent souffle toujours lorsque nous larguons les amarres peu avant 9h ; comme à l’arrivée, les voisins de ponton s’entraident et nous sortons du port sans incident. Nous terminons la traversée du canal, et accostons au ponton d’attente de l’écluse vers 11h30 en compagnie d’une vingtaine de plaisanciers ; une heure plus tard, nous sommes dans le fjord de Kiel : enfin la Baltique ! La rive gauche du fjord est constellée de voiles qui brillent au soleil : c’est le premier jour de la « Kieler Woche », la semaine annuelle de régates de Kiel. Quel spectacle ! Des voiliers anciens et nouveaux, toutes voiles déployées, au près serré (photo 4).
Le capitaine négocie habilement l’entrée de la marina de Laboe, sans gêner les concurrents. Il reste quelques places, nous en choisissons une avec vue imprenable sur le fjord.

4_-_Fjord_de_Kiel_-_Voiliers_en_reegate.JPG


Dimanche 18 juin – Vers 9h, nous sortons du port pour mettre le cap sur Spodsbjerg (ça se prononce comme ça s’écrit), petit centre de
villégiature (yachting, pêche sportive, camping…) de l’île de Langeland, au Danemark. Nous hissons le Gennaker à la sortie du fjord de Kiel, mais, après une heure, notre ETA s’approche dangereusement du (tardif) coucher du soleil et nous étouffons la voile dans sa chaussette. Pour nous consoler, le soleil fait place à la grisaille matinale, et nous rangeons cirés, polaires, vestes, pantalons... au placard. Lorsque nous doublons la pointe sud de l’île Langeland, la vitesse du vent passe subitement de 6 à 12 nœuds, en moins de 10 minutes ; nous envoyons la grand’voile et le génois, et terminons l’étape au travers, puis au près. Nous affalons devant le chenal du port de Spodsbjerg avec des rafales de 26 nœuds ; évidemment, l’amarrage est assez sportif, malgré l’aide de nos voisins de ponton ; bien entendu, nous aidons à notre tour les nouveaux arrivants.

5_-_Kerteminde_-_Bateau_danois_traditionnel.JPG


Lundi 19 juin – Nous quittons Spodsbjerg vers 8h45, sans vent, par mer calme et plein soleil pour une navigation calme et relax, sous moteur et pilote automatique, en direction de Kerteminde, en Fionie. Le seul « happening » du jour est la traversée du «Storebæltsbroen», le  pont qui relie l’île de Copenhague au Jutland, dans sa partie ouest (réservée aux petits bateaux). Le gabarit de 18 mètre est largement suffisant pour notre tirant d’air de 15,5m, mais, bien que nous soyons déjà passés, nous restons un peu nerveux ; jusqu’au dernier
moment, on a l’impression que le mat ne passera pas… Dix milles plus tard, nous amarrons à Kerteminde.


Mardi 20 juin – Nous nous réveillons au son du vent dans les haubans ; après vérification de la météo (vent fort, et de face), nous décidons de prendre une journée de repos à Kerteminde. L’occasion d’admirer quelques beaux bateaux amarrés au ponton (photo 5), d’aller se promener à vélo sur la rive sud du fjord de Kerteminde, avec ses superbes vues sur la ville (photo 6), et d’arpenter le joli port de pêche que nous n’avions jamais visité au cours de nos 3 escales précédentes. Entretemps, notre anémomètre monte à 26 nœuds, à l’abri du port.

6_-_Kerteminde.JPG


Date de création : 30/06/2017 09:54
Catégorie : -
Page lue 967 fois